Ménage du printemps

J’ai suspendu le temps comme un manteau poussiéreux, dans une armoire de cèdre, parmi les boules à mites, afin qu’on l’oublie; et que s’il advenait que quiconque le trouve, il soit laissé là, trahi par son odeur de passé, comme un cadavre embaumé de chimie. Le temps est mort. Qu’il repose en paix.


2 responses to “Ménage du printemps

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :