Archives de mot-clé : Poésie

Bad Boy

Je suis celui qui s’assoie en arrière
Inonde les uns de désir
Les autres de terreur et pourtant
Si vaste est mon génie
L’on me croit bien des choses, hélas
Rien de cela n’est vrai
Si seulement le bad boy en moi
Si seulement le gentil
Si seulement le grand sage encore
Si seulement le dandy
Rien de cela n’est tout à fait faux
Juste un peu de chacun
Vit là derrière ces côtes
Dans ce grand coeur qui bat


Le matou et la souris

Par l’odeur alléchée d’un copieux butin,
Une souris finaude élabora un plan.
Il fallait en effet éviter le félin,
Lequel partout rôdait et flânait en tout temps.
De sa gauche à sa droite, elle porta son museau,
Du matou ne capta que le lointain relent.
Par l’absence apparente du douteux damoiseau,
Bientôt elle s’enhardie, enfin pris son élan.
Lui se dissimulait au détour du chemin,
lui barrant le chemin, lançant depuis le coin :
« Ne craignez-vous donc point qu’ici je ne vous croque ? »
« Vos propos toujours ont le mordant d’un Larocque[1] »,
Rétorqua la petite au souverain des lieux
Qui montrait ses canines un rire dans les yeux.
« À danser proprement, exercez-vous ma chère,
Comme lorsque je n’y suis point pour veiller au grain »,
En s’avançant vers elle, poursuivi le vilain.

À ces mots elle bondit, mue de grande colère !
« Que je reconnais là vos talents orateurs,
Surpassant de grands bonds ceux de bien des rongeurs ! 
Laissez-moi vous montrez quelques pas d’une danse,
De celles que l’on ne voit que lors de votre absence »,
Finit-elle défiant le chat de ses grands airs.
« Vite il vous en cuira de vos nombreux affronts !
Chacun a son rôle en notre noble maison.
Le mien de vous tenir toujours au garde-à-vous,
Le vôtre, de rester au plus loin du ragoût ! »
Il s’élança alors, longtemps la pourchassa.
Jusqu’à l’épuisement, la pauvre se sauva.
« On me nomme souris, et vous montrez les dents »,
Remarqua-t-elle enfin, la course abandonnant.
« Soit, je me plierai donc à votre volonté,
mais laissez-moi du moins un instant respirer. »
De ces mots agréables, le matou fut content,
Ailleurs alla mâter d’autres récalcitrants.


[1] Référence à Paul Larocque, chef d’antenne et analyste politique du réseau TVA


Rien

Rien, un voyage enlevant vers le néant et la perte de temps la plus exquise qui fut jamais écrite. Croyez-moi, cet exercice est le plus salvateur et le plus zen qui soit. Vous vous prenez à espérer que : voilà un truc qui comblera mon besoin maladif de divertissement intellectuel. Et là, à la lecture de ces mots, vous vous dites : enfin quelqu’un qui m’a compris ! La faim de ce vide puissant qui vous broie de l’intérieur avec la force du plus colossal trou noir que l’Univers ait porté sera apaisée un moment. Cette vacuité porte un nom tellement poétique : l’ennui.
Rien est la preuve absolue du pouvoir des mots et de leur valeur de sortilèges. Une telle richesse de vocabulaire pour ne rien dire!
Ceci est la plus grande perte de temps que vous aurez jamais lue.
Déjà, vous ne pouvez plus détacher votre regard de ces lignes, car vous tenez mordicus à savoir de quoi il retourne. Une sorte de masochisme profondément dissimulé en vous vous pousse à continuer à lire, et ce, même si vous savez très bien que c’est peine perdue, que rien ne vous attend au bout du chemin. Oh, vous essayez tant bien que mal de détourner les yeux en vous disant qu’on se fout de votre gueule, mais vous continuez d’espérer qu’au bout du compte il y aura bien une explication à tout ce verbiage. Que nenni! Vous perdez votre temps et vous le savez… mais quand même, vous vous tortillez un peu les fesses. Par à-coups, quelque chose secoue votre ventre. Un léger fou-rire commence à se faire sentir, car vous trouvez cette lecture ridicule. Et vous vous trouvez ridicule vous-même un peu, mais bon, vous y ressentez quand même un certain plaisir. Vos neurones d’intellectuel-le s’agitent, et ça, ça n’a pas de prix! L’auteur de ces lignes commence à vous taper sur les nerfs. Comment ose-t-il me tenir en otage avec mon amour des mots ? vous dites-vous avec un sourire mi-figue, mi-raisin. Et ça continue. Ou plutôt, vous continuez. Je concocte au fur et à mesure un discours qui vous tient en haleine. C’est un défi que vous vous êtes lancé sans même vous en rendre compte, et qui veut que vous réussissiez coûte que coûte à vous rendre jusqu’au bout du texte – qui n’est pas si long, vous encouragez-vous. Vous parviendrez à trouver un sens à ce Rien, comme on cherche à se rendre au bout de la vie en espérant y comprendre quelque chose.
Cette fois, vous vous demandez à quoi ça sert de vous accrocher comme ça. Vous réussissez tout de même à vous retenir d’aller voir la fin du texte, car vous craignez de gâcher la surprise et le moment tant attendu de l’illumination, quand tout se met en place et que l’intrigue prend tout son sens. Et bien, voilà : le texte est terminé. Vous pouvez continuer à trouver d’autres façon de remplir votre vide affamé. Quoique je suis persuadé que vous parviendrez à trouver, sinon à donner un sens à ces lignes. Je suis certain que vous intellectualisez déjà sur cette délicieuse perte de temps. Et vous avez envie soit de me frapper, soit de me remercier de vous avoir offert ce petit Rien qui vous fait rire aux éclats par la profondeur de son inanité.


Sans épilogue

J’habite une histoire trop compliquée pour être écrite.
Je l’ai pensée moi-même, comme un grand.
Mais j’en ai perdu le fil.
J’ignore maintenant à quel chapitre j’en suis.
Peut-être est-ce le premier.
La conclusion, je ne l’ai pas encore trouvée.
Tant mieux.
Quoique passer par la fin avant toute autre page éternise le récit.
Un conte sans epilogue.

C’est là ma vie.


Insomnie

Dans la nuit un ventilateur
Le seul son qui se meut
Ma présence amère
Rien d’autre ne me plaît
Que rester là
À ne rien faire
Il n’y a rien d’autre
À faire
Je suis seul
Honte d’être seul
Ça veut tout dire
La solitude, s’entend
Elle me révèle à moi-même
Ma solitude
Ma seule véritable possession
Mon amie toujours présente
Elle ne me juge pas
Il n’y a rien à juger
Juste un morceau de néant
Qui pense
Qu’il a raté sa vie


Yin et Yang

Yin et Yang

En moi une ombre vit
Je suis elle, elle est moi
Elle se love au creux de mon abysse intérieure
Longtemps je l’ai balayée l’ai bannie l’ai exilée
Horrifié de la savoir partie de qui je suis
J’ai pour lors et depuis ressenti son angoisse
Son aigreur
Le désespoir avec lequel elle me punissait
Et c’est tout mon être qui tressaillait
Qui exhalait Qui hurlait Que j’avais besoin de mon amour
Afin de nous sentir apaisés, ma ténèbre et moi
Je lui ai tendu la main l’ai accueillie
Offert la sécurité de mon cœur
C’est ainsi que, en paix, elle ne déchaîne plus mes saisons
Car avec elle, je suis complet


Le baume de l’ange

Reclus je déclame ma plainte. Nul pour me prêter l’oreille. Pas plus afin de sonder mes affres.

Pourtant un frisson me remue. Comme étreint de bras prodigieux. Réplique à tant de doléances.

Alors m’inonde une quiète conviction. Me subjugue une inexplicable gnose. Pour laquelle me font défaut les mots.

Mais dont le sens absolu se condense.

Tout ira bien.


XXIe

Un fait divers
Révolution
Mes yeux sont las
De cette fureur
Ces anges fuient
Courent à leur perte
S’estompent en la rixe sans fin
Et si ce n’est pas déjà fait
Sagesse est de cesser ce siècle

Bonne nuit


L’inommable

Le frisson m’étreint et s’éternise sur ma poitrine Angoisse
Il s’y fait une place et se fond en mon sein
Les personnages de mes lubies oniriques
remplacent cet effroi de solitude
Et enfin je peux poser mes yeux
Sur l’impensable étoile
Plus puissante que nos frayeurs
Et éternelle amie


Déclaration du penseur

Déclaration du penseur

Je veux vivre dans un monde de savoir
L’on doit tendre vers l’éducation
Constamment
Que la raison soit mon moteur; les sens, mon navire;
La logique, mon gouvernail et la connaissance, ma destination
Sur mon chemin vers l’accomplissement,
Que m’accompagnent l’amour, l’excellence,
La découverte et la volonté
Et que les valeurs que sont le respect,
La légèreté et l’ouverture d’esprit,
soient mon rempart contre la bêtise
De cette façon, je contribuerai
À construire un monde meilleur