La Russie de Poutine: croire en la supériorité d’un peuple / Putins Russland: Ideologie vom überlegenen Volk

Ma passion pour les langues allemande et française se traduit par une autre traduction. Cette fois, il s’agit d’une chronique de S.P.O.N. – Der Schwartze Kanal, de Jan Fleischhauer de Spiegel Online. Il s’agit d’une analyse révélatrice sur le discours fasciste de Vladimir Poutine.

Voici le lien pour l’article original : http://www.spiegel.de/politik/ausland/putins-russland-ideologie-vom-ueberlegenen-volk-von-jan-fleischhauer-a-967115.html

Vladimir Poutine, successeur idéologique des leaders soviétiques? Absurde. Quiconque lit les discours du président russe doit reconnaître que ses références idéologiques se trouvent dans le fascisme.

Pour comprendre Vladimir Poutine, on doit l’écouter. On doit savoir ce qu’il veut et, plus encore, ce contre quoi il lutte. Les aversions et les peurs d’un politicien en révèlent plus que ses intentions et ses promesses.

Mais qu’est-ce qui agite Poutine ainsi? Le thème central de chaque discours est l’encerclement, la menace de puissances qui, terrifiées par la force intérieure du peuple russe, voudraient empêcher son épanouissement. « Ils essaient constamment de nous mettre au rancart parce que nous nommons les choses par leur nom et que nous ne sommes pas hypocrites », déclarait-il en mars lors d’un discours devant les représentants de la Douma. « Il se trouve assez de puissances dans le monde qui craignent notre force, notre grandeur. C’est pourquoi ils essaient de nous diviser. »

Menace pour l’âme russe

Actuellement, la politique extérieure du Kremlin, sur le plan géopolitique, semble être vouée à la récupération des régions perdues lors de la dissolution de l’empire soviétique. Il s’agit, par contre, d’un malentendu. Lorsque Poutine parle des ennemis du peuple russe, sa pensée va, en fait, plus loin. Les puissances auxquelles il a déclaré la guerre ne tentent pas seulement d’étendre leur influence plus loin vers l’Est, elles essaient d’atteindre l’âme russe. C’est là son propos quand il dit que la Russie doit se défendre contre l’Ouest.

À quoi ressemble cette âme? Poutine a aussi élaboré à ce sujet. « Je pense que le Russe, ou plutôt que l’Homme dans le monde russe s’intéresse d’abord à son obligation morale, à une vérité morale supérieure. » L’Occident, au contraire, est obnubilé par le succès et le confort, ou comme l’exprime Poutine : le moi personnel. Aux yeux de son président, la Russie mène donc un combat idéologique : contre la superficialité du matérialisme, contre la perte des valeurs, contre la féminisation et l’affaiblissement de la société en rupture avec ses traditions. Bref, contre tout ce qui n’est pas russe.

Attention: risque de confusion!

Jusqu’à maintenant, beaucoup ont peine à comprendre la nature de l’homme, au point de mettre sens dessus dessous l’ordre et la paix en Europe. Peut-être craignons-nous de faire le véritable rapprochement parce qu’il nous rappelle une époque que nous croyions pour toujours derrière nous. Chez la gauche et dans une partie de la social-démocratie, Poutine est toujours perçu comme un homme dans la tradition des chefs de parti soviétique qui se battent pour un idéal socialiste autre. C’est pourquoi les réflexes de solidarité y fonctionnent encore. Mais c’est le résultat d’une confusion : Poutine n’est pas postcommuniste, il est postfasciste.

1919, à Rome, est le véritable point de référence historique si on en cherche un, et non pas Sarjevo en 1914. Quiconque fréquente les même chambres d’écho que Poutine et comprend son langage reconnaît toute une série de topoï qui sont à la base de la naissance du fascisme. On y retrouve le culte du corps, la rhétorique pathétique de l’assertivité, le dénigrement de l’adversaire comme un dégénéré et un moins que rien, le mépris de la démocratie et du parlementarisme occidental, le nationalisme exacerbé.

Chez les ennemis de la liberté parmi la droite, on a pris le pouls du bonhomme depuis un moment. On a vite reconnu en Poutine quelqu’un qui partage leurs obsessions et leur ressentiment et qui s’adresse à l’Europe. Celui-ci rend la pareille à ses adorateurs en les reconnaissant comme sa famille spirituelle. « En ce qui concerne la reconsidération des valeurs, on observe le même processus en Europe », disait-il lors de son apparition à la télé jeudi dernier en mentionnant la « victoire de Viktor Orban en Hongrie » et le « succès de Marine Le Pen en France ». C’est la seule fois au cours des quatre heures d’entrevue qu’il a parlé de l’Europe de façon positive.

La mission historique du peuple russe

On n’a pas bien compris la législation contre les homosexuels lorsqu’elle a été implémentée il y an un an. On voit aujourd’hui que c’est à ce moment que la nouvelle Russie montrait son visage. Ce qui a commencé par la loi anti-gay trouve appui à un autre niveau. La continuité de l’idée selon laquelle ont peut mépriser certains groupes est la croyance en la supériorité de son propre peuple.

Lorsque Poutine compare Moscou à la 3e Rome et en fait un mythe, il est clair qu’il attribue une mission historique au peuple russe. Le rôle de la Russie ne consisterait pas seulement à refouler à ses frontières la décadence de l’Occident, il représenterait le dernier bastion pour tous ceux qui auraient baissé les bras dans ce domaine. Il est aussi dit que la Russie ne doit jamais céder.

« La mort es terrible, n’est-ce pas? » demandait Poutine à la fin de son apparition à la télé. « Mais non, elle brille, elle peut être magnifique lorsqu’elle sert aux autres : mourir pour un ami, pour un peuple ou pour la patrie, pour utiliser un mot à la mode. » Ce n’est pas qu’un peu fasciste, c’est du fascisme à l’état pur.

Publicité

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :