Le baume de l’ange

Reclus je déclame ma plainte. Nul pour me prêter l’oreille. Pas plus afin de sonder mes affres.

Pourtant un frisson me remue. Comme étreint de bras prodigieux. Réplique à tant de doléances.

Alors m’inonde une quiète conviction. Me subjugue une inexplicable gnose. Pour laquelle me font défaut les mots.

Mais dont le sens absolu se condense.

Tout ira bien.


2 responses to “Le baume de l’ange

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :