Le silence des mots

Lourd pèse le silence des mots retenus

Aussi éthérée que la chasse de l’effraie flotte la parole affranchie

Au cœur des clochers oubliés, chuintements et soupirs étranglent l’assurance des braves

Que vole la dame blanche pour débusquer le verbe

Mulot musaraigne souris campagnol incarnent les serments ignorés

Jetés au cachot de nos désirs enfouis

Passions non déclarées

Béguins étouffés


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :