Baskets aux mains

Petite fiction rigolote pour se moquer de la pensée platiste (qui prétend que la terre est plate).

Nous avons gagné! La vérité de Dieu a triomphé! Les preuves étaient accablantes et nos ennemis, ceux de la vérité, ont été jugé et condamnés à être bannis de cette Terre. C’est lorsque nous nous sommes rendus aux confins du monde pour exécuter la sentence et jeter par-dessus bord les hérétiques dans les profondeurs insondables du vide de l’espace que nous avons eu la surprise de rencontrer les autres.

Nous savions depuis longtemps que la Terre était plate. Les menteurs et les déviationnistes prétendaient qu’elle était ronde. Leur science biaisée et démoniaque avait volontairement mis de côté le savoir des saints anciens. C’était maintenant prouvé : elle s’apparentait singulièrement à un ballon de plage dégonflé. Mais jamais nous n’avions pris en compte l’existence des autres. C’est-à-dire les Australiens. Comment avaient-ils pu prospérer, voire survivre dans ces contrées, qui, je dois l’admettre, sont paradisiaques ?

Notre première visite s’était soldée par nombre de défections… et de décès regrettables. Les nôtres, peu exercés à la manière de se déplacer de nos hôtes et enivrés par la perspective de rejoindre Dieu dans le ciel, soit tombaient dans le vide de leur propre volonté, soit, affaiblis par des bras trop chétifs pour soutenir leur poids, poussaient un dernier cri, qui se perdait, comme eux, dans l’immensité… sous nos pieds. Mais nous avions le réconfort d’avoir eu raison. D’avoir raison.

Lors de notre première visite officielle, après êtres descendus de ce véhicule étrange dont les pinces remplaçaient ces bonnes vieilles roues auxquelles nous étions tant habitués, nous avons découvert avec un effroi mêlé de plaisir ces courroies et ces poignées que les habitants de la face sud du plateau terrestre avaient fixées absolument partout. Nous étions bien aises de pénétrer les édifices et d’utiliser à nouveau nos jambes sur ce qui chez nous était un plafond, mais chez eux servait de plancher. Pour le repos, des hamacs publics avaient été installés dans des aires aménagées avec soin, qui offraient une vue imprenable sur les abysses célestes, et nous admirions, médusés, les prouesses des habitants qui se déplaçaient en s’agrippant à tout ce qu’ils pouvaient avec l’aisance de primates allant de branche en branche, de liane en liane. Non pas que je prétende que l’Homme descend du singe, comme les impies l’affirment, mais peut-être ne leur sommes-nous pas totalement étrangers ? Enfin, la raison n’était-elle pas de notre côté?

Nos réunions, après un moment, avaient pour but de trouver une solution pour faciliter les déplacements, et par conséquent le commerce, entre nos deux réalités. Un académicien avait proposé de creuser des conduits menant d’une surface à l’autre. L’idée, d’abord accueillie avec enthousiasme, s’était révélée inefficace et coûteuse, puisque les échangent se révélaient trop compliqués. De plus, entre-temps, nous avions découvert que les Chinois vivaient accrochés au flanc de notre monde, leurs rizières suspendues comme des toiles sur un mur.

Toujours est-il que nous avons trouvé la solution. Après une rencontre (pas au sommet, mais sur le pourtour), il fut décidé de trouver l’embout par lequel gonfler le monde et en faire un globe. Nos plus récentes recherchent laissaient croire que celui-ci se trouvait caché dans les Himalaya, et celles-ci avançaient bon train.

Aujourd’hui, de ma fenêtre, d’où je peux admirer le panorama des nuages qui défilent sous ma nouvelle maison, je suis fébrile, car je fais partie de l’expédition d’exploration des montagnes dont les pics pourraient nous rapprocher du créateur, caché derrière la brume infinie. Baskets aux mains (un modèle dernier cri avec des lacets sur la paume afin d’alléger le fardeau de lacer chaque phalange), je prends ma besace et mes crochets et je sors.
Malheureusement pour nous, des zélotes qui croyaient que nous n’avions pas le droit de percer les secrets du divin nous ont tendu un guet-apens et nous font perdre main. Je reste cependant inflexible : le dernier mot, nous l’avions eu, en définitive

La lutte est brève. À quoi croyais-je m’accrocher? À mes convictions, à ma vie, mais n’est-ce pas la même chose puisque je n’ai toujours vécu que pour justifier mes certitudes? Enfin, je lâche prise…

Et je me suis mets à tournoyer tandis que rapidement la sousface du monde s’éloigne. Je suis saisi d’effroi à la pensée que je mourrai certainement de faim et de soif au cours d’une chute éternelle puisqu’il n’y a probablement pas de sol où aller me fracasser. Et puis tout à coup, la frayeur fait place à la consternation, puis la curiosité, car je viens de traverser la couche nuageuse habituellement impénétrable qui limite d’ordinaire l’horizon céleste. Je heurte quelque chose dans ma chute et glisse maintenant le long d’une paroi rugueuse. Les proportions dans ce ciel sans fin sont si vastes et moi si insignifiant que mon champ visuel ne me permet pas d’apprécier dans sa totalité le mystère de ce qui m’entoure. Et puis après un temps interminable, la compréhension s’empare de mon esprit fasciné.

Oserai-je avouer maintenant que de tout temps, nous avions tort ? Mon cœur est lourd. Je pense à ces pauvres hères que nous avons rejetés dans l’immensité qui m’accueille à mon tour. Il m’apparaît impossible d’en croiser ne serait-ce qu’un seul dans ma chute… Notre chute, car c’est toute notre société qui chute avec moi, notre conception falsifiée du monde.

Il me faut faire face à la réalité de mon échec, de notre échec, et je regarde ces yeux doux, plein de compassion, et ce visage qui s’éloigne à vive allure, mais que la distance me permet enfin d’embrasser du regard dans toute sa gloire, celui de l’être qui me regarde disparaître avec tristesse… une tortue, qui porte le monde sur son dos.

 


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :