Le Corbeau et le Renard, suite et fin

Maître Renard, sur le sol allongé

Dégustait son gain de fromage.

Maître Corbeau, par-dessus lui penché,

Lui fit à peu près se présage :

Oh dites donc, Monsieur du Renard,

Votre poil est si dru et semble tellement soyeux

Il faut fuir ! Si votre figure

Résulte de tout ce chantage,

Vous encourez les rixes, les chasseurs aux abois.

À ces mots, le Renard ne se sent plus d’effroi,

Et pour contrer l’affreux trépas,

Il se relève sec, s’enfuyant dans les bois.

Le Corbeau, qui le suit, lui dit : pauvre monsieur

Sachez qu’un beau parleur

Rencontre l’ennui un jour sur sa route.

Cela vous coûtera le pelage sans doute.

Le Renard, effrayé et perdu

Regretta un peu tard, car il fut abattu.


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :